VietNam
VietNam

Descriptif VietNam

20-02-2019 2 Des Vues

Joyau de la péninsule indochinoise, le Vietnam est un diamant dont chacune des facettes nous renvoie des paysages insolites, des rencontres inattendues, et bien d'autres surprises qui reflètent une page de son histoire et de sa culture aux influences diverses.

Ce sont autant de raisons de découvrir ce pays qui s’ouvre au tourisme depuis une vingtaine d’années, et dont l’histoire fut mêlée à celle de la France pendant près d’un siècle.

Aujourd’hui, le Vietnam est une destination de plus en plus prisée car il est resté un pays aux « charmes cachés », entre tradition et modernité. 

Situé à l'est de la péninsule indochinoise, le Vietnam s'étend sur 1 600 kilomètres du nord au sud. La façade maritime, longue de 3 250 kilomètres, est baignée par le golfe de Thaïlande, le golfe du Tonkin et la mer de Chine Méridionale, tandis que les frontières terrestres marquent la délimitation entre le Vietnam et ses voisins la Chine, le Laos et le Cambodge.

 Le Vietnam dispose de 2 grandes plaines fluviales : celle du Mékong au sud et celle du fleuve Rouge au nord. A l'ouest, le long des frontières, se trouvent les zones de montagnes et de plateaux. Le point culminant est le mont Fansipan (3 143 m), situé au nord dans la région du Bắc Bộ (ex Tonkin), formé d’un secteur montagneux qui entoure la vaste plaine du fleuve Rouge. C'est ce même fleuve qui baigne Hanoï, la capitale du Vietnam.

Le pays est un des hauts lieux de la biodiversité de la planète : les forêts luxuriantes abritent une faune et une flore étonnantes, tandis que poissons, crustacés et oiseaux pullulent dans le delta du Mékong.

La langue nationale du pays est le vietnamien ; elle fait partie des rares langues d’Asie du Sud-Est, avec le malais et l’indonésien, à s’écrire en caractères latins. Les 53 minorités ethniques ont, quant à elles, chacune leur dialecte.

L’anglais est couramment utilisé dans les hôtels et dans le secteur touristique en général. On le parle plus facilement au Sud qu’au Nord, en raison de la présence américaine pendant la guerre du Vietnam. C’est de loin la langue étrangère la plus répandue aujourd’hui.

 

Bon voyage au Vietnam !

 


VIETNAM AUTHENTIQUE 18J17N

Découvrez le vrai visage du Vietnam
Votre voyage commencera par la visite d’Hanoi, capitale aux mille et une richesses culturelles, suivie par une croisière en jonque sur la somptueuse baie d’Along. De là, vous vous rendrez dans les régions montagneuses du nord du Vietnam, dans lesquelles habitent de nombreuses minorités ethniques. Vous y observerez la vie quotidienne dans les villages traditionnels, et vous découvrirez de magnifiques paysages de rizières en terrasse. Vous rejoindrez ensuite le centre du Vietnam, en commençant par la ville de Hue, ancienne ville impériale, puis la charmante ville portuaire de Hoi An en passant par Da Nang, entre plages et campagne. Vous irez à la découverte des ethnies minoritaires des hauts plateaux du centre du Vietnam, et vous visiterez des sites naturels étonnants. Vous visiterez également la jolie petite ville d’altitude de Dalat, surnommée la ville des fleurs, puis la dynamique Ho Chi Minh Ville (l’ancienne Saigon). La dernière étape de votre voyage sera le delta du Mékong, avec
  • VietNam
  • 18 Jours 17 Nuits
  • Classique

Le charme délicat du Vietnam 15J14N

Toute la délicatesse du Vietnam
Votre voyage commencera par la visite d’Hanoi, la capitale aux mille et une richesses culturelles. Vous partirez ensuite pour la baie d’Along terrestre, où rizières et rivières se confondent, et vous ferez une croisière sur la magnifique baie de Bai Tu Long. La prochaine étape de votre voyage sera le parc national de Phong Nha – Ke Bang dans le centre du Vietnam, puis la ville de Hue avec sa Cité impériale, sa rivière des Parfums … Vous rejoindrez ensuite Hoi An, ville portuaire au charme fou, en passant par Da Nang. Vous aurez l’occasion de vous rendre dans les villages traditionnels des alentours, spécialisés les uns dans l’agriculture, les autres dans l’artisanat. Vous irez ensuite à Ho Chi Minh Ville (l’ancienne Saigon), puis enfin dans le delta du Mékong : balades en vélo, en barque, visite de villages artisanaux, marchés flottants …
  • VietNam
  • 15 Jours 14 Nuits
  • Aventure

A la découverte des éthnies minoritaires du Vietnam 18J17N

Plongez au cœur d’un Vietnam authentique
Votre voyage commencera par deux lieux incontournables du Vietnam : la capitale Hanoi et la magnifique baie d’Along. De là, vous partirez au cœur des régions montagneuses du nord du Vietnam, à la rencontre des minorités ethniques (Hmong, Dao, Tay, Lo Lo …) et de leur mode de vie dans des villages pleins de charme, entourés de paysages somptueux de rizières en terrasse. La prochaine étape de votre voyage se situe dans le centre du Vietnam, et commence avec la visite de Hue, ainsi que de ses alentours : pagodes riches en histoire, villages spécialisés dans un type d’artisanat … Vous passerez ensuite par la ville de Da Nang pour rejoindre Hoi An, ville pleine de charme et entourée de nombreux villages. Vous rencontrerez ensuite les ethnies minoritaires des hauts plateaux du centre, ainsi que le village des éléphants.
  • VietNam
  • 18 Jours 17 Nuits
  • Classique

La beauté charmante du Vietnam 11J10N

Les charmes du Vietnam, du Nord au Sud
Votre voyage commencera par la visite de la capitale Hanoi, qui oscille entre tradition et modernité. Vous partirez ensuite pour la province de Ninh Binh, riche en patrimoine historique, et vous promènerez dans la surprenante baie d’Along terrestre, puis sur la magnifique baie d’Along maritime à bord d’une jonque traditionnelle. De là, vous vous rendrez à Hue, ancienne capitale du Vietnam, puis vous passerez par Da Nang pour arriver à Hoi An, une des villes les plus charmantes du pays. Vous pourrez visiter les nombreux villages artisanaux alentours, en vous imprégnant de la vie quotidienne des habitants. La prochaine étape de votre voyage est la moderne Ho Chi Minh Ville (l’ancienne Saigon), puis vous terminerez votre voyage par le delta du Mékong, ses marchés flottants …
  • VietNam
  • 11 Jours 10 Nuits
  • Aventure

Les Splendeurs Du Nord du Vietnam 15J14N

Un voyage entre sites incontournables et trésors cachés
Ce voyage de 15 jours et 14 nuits vous fera découvrir la capitale Hanoi et ses richesses culturelles, Sapa l’incontournable ville des minorités du nord du Vietnam, la célèbre baie d’Along sur laquelle vous ferez une croisière en jonque … En parallèle de ces sites incontournables, vous découvrirez également des lieux moins connus des touristes dans les régions montagneuses du nord : Bac Ha et son marché, Ba Be et son lac, tous les petits villages des minorités ethniques … Ce voyage vous fera admirer toutes les facettes du nord du Vietnam.
  • VietNam
  • 15 Jours 14 Nuits
  • Aventure

La RC4 et le Dien Bien Phu 13J12N

Les secrets du nord du Vietnam
Le voyage commence avec la visite d’Hanoi, la capitale entre tradition et modernité, d’où vous vous rendrez ensuite à Ba Be et son magnifique lac. Vous verrez également des villages du nord Vietnam et vous aurez l’occasion de vivre leurs coutumes, avec toujours en arrière-plan de somptueux paysages de montagnes, de rizières … A cela, ajoutez une croisière sur la baie d’Along, et la découverte de ces lieux chargés d’histoire que sont Dien Bien Phu et la route coloniale numéro 4 !
  • VietNam
  • 13 Jours 12 Nuits
  • Aventure
La culture
20-02-2019 2 Des Vues
  • Le Vietnam est composé d’une mosaïque de peuples. On ne dénombre pas moins de 54 groupes ethniques différents venus aussi bien de Chine que du Cambodge ou de la Thaïlande. Ce creuset de peuplement contribue à faire du Vietnam un pays exceptionnellement riche culturellement.
 
  • De nombreuses ethnies vivent dans les régions montagneuses du nord, telles que les Hmong, les Tay, les Dao ... Au centre et dans une partie du delta du Mékong, on trouve les Chams, survivants du royaume hindou du Champa. Sur les hauts plateaux on rencontre les Rhadé, les Giarai (ou Jorai) et les Raglai
 
  • L’Histoire du Vietnam est complexe. Le Vietnam fut d’abord occupé jusqu’au 10eme siècle par la Chine. Une fois libérés de la domination chinoise, les Vietnamiens vont s’étendre le long de la côte depuis le delta du Fleuve Rouge jusqu’au delta du Mékong. Au fil des siècles, les dynasties vont se succéder et dessiner les frontières du Vietnam tel que nous le connaissons aujourd’hui. Au milieu du XIXème siècle, les Français arrivent au Vietnam, et l’intègrent à leur empire colonial.
    Le XXème siècle quant à lui marque l’avènement des mouvements anticolonialistes.
    L’indépendance du Vietnam est proclamée le 2 septembre 1945 par Hô Chi Minh. Après l’échec des négociations, le Viêt Minh lance une nouvelle insurrection en décembre 1946, qui se terminera par les accords de paix de Genève en 1954, et par la reconnaissance par la France de la République Démocratique du Viet Nam au nord du 17ème parallèle.
    Les deux parties du Vietnam connaissent alors la mise en place de gouvernements idéologiquement opposés: Au nord un régime communiste fondé et dirigé par Hô Chi Minh. Au sud un régime nationaliste proclamé par Ngô Dinh Diêm et soutenu par les américains.
    Les premiers combats entre partisans communistes et troupes du Sud débutent en 1957 et connaissent une rapide escalade suite à l'intervention américaine. Après quinze ans d'âpres combats et d'un lourd bilan humain, la guerre prend fin avec la signature des accords de paix de Paris en 1973.
    Le Vietnam est officiellement réunifié le 2 septembre 1976 et Hanoi devient la capitale.
    Aujourd’hui le Vietnam s’appelle officiellement « République Socialiste du Vietnam », et le parti communiste est l'unique parti. C’est un pays jeune et fier, qui s’ouvre sur le monde depuis 15 ans. Il fait désormais parti de l’ASEAN (Association des Nations Unies de l’Asie du Sud Est), de l'APEC (Asia Pacific Economic Cooperation) et a rejoint l’OMC en 2007.

     
 
  • La vie spirituelle des Vietnamiens est façonnée par l’influence croisée de plusieurs croyances et religions : culte des ancêtres, bouddhisme, confucianisme, taoïsme, christianisme … Le bouddhisme, le confucianisme et le taoïsme ont été diffusés au Vietnam par les Chinois, tandis que le christianisme a été importé de l’Occident à partir du 18ème siècle. Le culte des ancêtres est le trait le plus saillant de la vie spirituelle vietnamienne. Il est pratiqué dans tout le pays et par tous les Vietnamiens, quelle que soit leur appartenance sociale ou leur idéologie politique.
 
Les fêtes particulièrement importantes au Vietnam sont :
  • Tet Nguyen Dan - Nouvel An lunaire (1-3 janvier): c’est la plus importante des fêtes vietnamiennes. Elle marque le commencement d’une nouvelle année et le signe de l’arrivée du printemps. Selon la croyance des asiatiques, chaque année lunaire est placée sous un signe astrologique.
  • Le Tet Nguyen Tieu (15 janvier) est le premier jour de pleine lune de l’année lunaire. Lors de cette fête, pagodes et nombre de rues sont décorées de lanternes. Après la cérémonie, on participe à la fête des lanternes de fleurs, que l’on dépose dans le fleuve.
  • Deuxième plus grande fête traditionnelle au Vietnam, la fête de la mi-automne (Tet Trung Thu) est une occasion de réunir sa famille. En contemplant la lune, on déguste ensemble le « banh deo » (gâteaux de riz gluant) et le « banh nuong » (gâteaux grillés) et on déguste du thé vert au chrysanthème. C’est aussi la plus attendue des fêtes par les enfants, qui se voient offrir de nouveaux jouets dont des lanternes, des masques ainsi que des petits tambours et des hochets, leur permettant d’animer le défilé de mi-automne.QU
QUELQUES REGLES DE SAVOIR-VIVRE :
  • Au Vietnam, il est préférable de garder son calme, de ne pas se montrer agressif ou en colère.
  • En ce qui concerne une règle de savoir-vivre, pensez à enlever vos chaussures lorsque vous rentrez dans un temple ou une maison.
  • Dans les lieux sacrés (pagodes, temples églises …), parlez à voix basse et évitez de toucher les objets de culte (statuettes de génies et bouddhas). Portez des vêtements recouvrant les épaules et les jambes.
  • Il est vivement déconseillé de toucher la tête d’un Vietnamien, en Europe toucher la tête de quelqu’un peut être perçu comme un geste amical, en revanche ce n’est pas du tout le cas au Vietnam, il s’agit pour eux d’un geste qui est très mal perçu. En effet, les Vietnamiens estiment que la tête est sacrée puisqu’elle est le siège de l’âme.
  • À table, ne plantez jamais les baguettes dans un bol rempli de riz. Il s’agit en effet d’un rituel que l’on fait pour les morts.
 
CONSEILS UTILES:
  • Éviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d'infection parasitaire).
  • Éviter de marcher pieds de nus sur les sols humides.
  • Se tenir à distance des cadavres d'animaux, d'eux-mêmes et de leurs déjections.
  • Ne pas approcher les animaux errants et les chiens (risque de morsure et de rage); ne caressez pas les animaux que vous avez rencontrés.
  • Sécurisez les habitations, les draps et le sac de couchage pour éviter les piqures de scorpions ou de serpents.
  • Veiller à votre sécurite routière (port du casque en deux roues).
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue.
  • Se laver les mains régulièrement des solutions de lavage hydro-alcooliques

LA NOURRITURE:
 
La cuisine vietnamienne est l'une des plus subtiles et variées d'Asie du Sud Est. Contrairement à ses proches voisins, les Vietnamiens cuisinent sans piment, mais il est présent frais, émincé sur la table pour les amateurs qui voudraient pimenter leurs plats.
Le riz est la composante essentielle de tout repas vietnamien, et le condiment principal de la cuisine vietnamienne est le nuoc mam. C’est une sauce de poisson fermenté dans le sel. De plus, l’utilisation des herbes aromatiques est omniprésente ; elles sont servies à part pour que vous puissiez les ajouter selon votre goût.
 
La cuisine du Nord fait largement appel aux soupes de nouille, aux plats mijotés, aux grillades. Elle permet aux palais de retrouver les goûts des produits utilisés.
 
On retrouve dans la cuisine du centre de nombreux éléments Cham et de la cour impériale de Hué. C’est la cuisine la plus contrastée du pays. Elle est très raffinée et utilise largement les cuissons vapeurs. Attention cependant, c’est l’exception qui confirme la règle, beaucoup de plats (ceux d’inspiration Cham notamment) sont cuisinés avec piments.
 
La cuisine du Sud est inspirée de celle du Nord, mais avec des ingrédients locaux. Elle se caractérise par de nombreux sucrés-salés.
 
Voici quelques spécialités vietnamiennes :
 
Le phở : originaire de Hanoi, c’est le plat national par excellence. Composé d'un bouillon, de lamelles de bœuf et de nouilles de riz. On l'agrémente à son goût en y ajoutant plus ou moins de soja frais, de basilic chinois, de menthe, de citron vert et de piments.
 
Un autre plat typique et très apprécié est le banh khoai ou bánh xèo. Il s’agit d’une crêpe ou omelette, à base de farine de riz parfumée au cumin, fourrée de pousses de soja, de fines tranches de porcs et de crevettes. Elle est servie chaude et croustillante, assaisonnée avec du nuoc-mâm.
 
Le fameux bun bo est une salade vietnamienne composée de vermicelle de riz, de bœuf, de salade. On y ajoute souvent des nems coupés en morceaux.
 
La convivialité est souvent de mise lors d'un repas vietnamien car tous les plats sont disposés au centre de la table et accompagnés des condiments nécessaires tels que : sauce piquante, sauce de soja, éventuellement un petit bol de piment frais et le fameux nuoc-mâm. Chacun se sert en fonction de ses envies en utilisant bol et baguettes.


  
Avant de partir
20-02-2019 2 Des Vues
PASSEPORT & VISA:
  • Votre passeport doit être en bon état, valide au moins 6 mois après la sortie prévue du territoire vietnamien, et avoir au moins 2 pages libres face à face.
    • Pour un séjour de moins de 15 jours / 14 nuits, le visa vietnamien n’est pas obligatoire pour les ressortissants français (les citoyens canadiens et suisses ne sont pas exemptés de visa vietnamien). Cette exemption est valable jusqu’au 30 juin 2021. Elle est normalement renouvelée par le gouvernement vietnamien à cette date. Cette exemption de visa n’est valable que pour un visa à entrée simple.
    • Pour les voyageurs exemptés de visa, une seconde entrée sans visa ne pourra être effectuée qu'au-delà de 30 jours après la dernière sortie du Vietnam.
    • En cas de double entrée sur le territoire vietnamien (par exemple si vous faites l'aller-retour à Siem Reap au Cambodge avant de revenir au Vietnam), les voyageurs ne bénéficient que d’une seule exemption (pas de deux). Il est conseillé d’utiliser cette exemption pour la première entrée, puis d’utiliser un visa à entrée simple pour la deuxième entrée. En cas d’entrées multiples, il faut un visa à entrées multiples.
    • Pour les séjours de plus de 15 jours au Vietnam, vous avez le choix entre plusieurs options pour obtenir le visa vietnamien :
 
  • Avant de partir, nous vous conseillons de photocopier tous les documents importants (passeport, factures du matériel électronique, police d’assurance, billets d’avion, permis de conduire …). Une astuce très pratique en cas de perte de vos papiers ou de vos objets de valeur.
SANTÉ et VACCINS :
  • Aucune vaccination n’est obligatoire mais certaines vaccinations sont recommandées : assurez-vous d’être à jour dans vos vaccinations habituelles (notamment diphtérie-tétanos-poliomyélite (DTP), et rubéole, oreillons et rougeole chez l’enfant). Nous vous conseillons fortement de prendre rendez-vous avec votre médecin traitant, ou avec un centre de vaccination.
  •  
  •  
    • En fonction des conditions locales de voyage, les vaccinations contre la fièvre typhoïde et les hépatites virales A et B sont recommandées.
  •  
  •  
    • La vaccination contre la rage est très souvent recommandée au Vietnam, en particulier pour les déplacements prévus dans les zones rurales isolées. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
  •  
  •  
    • Enfin, pour des séjours en zone rurale au Vietnam, une vaccination contre l’encéphalite japonaise est également souhaitable. Outre la vaccination, cette maladie virale étant transmise par les piqûres de moustiques, il est nécessaire de recourir à des mesures de protection contre les moustiques.
  •  
  •  
    • N’hésitez pas à prévoir une petite trousse de pharmacies avec quelques produits élémentaires, cela vous sera d’une grande utilité en cas de premier secours.

CLIMAT :
  • Le Vietnam est situé en zones de climat subtropical et tropical, avec une température moyenne de 26 degrés Celsius. Le système climatique du Vietnam est très complexe du fait de sa position, de sa topographie et de son étendue (7° de latitude du nord au sud). De nombreuses zones, que ce soit sur les plateaux ou sur la côte, bénéficient de microclimats qui peuvent s'avérer très différents du climat général.
  • Le nord connaît quatre saisons bien marquées. Les étés sont chauds et accompagnés de fortes pluies de mousson. En automne, les températures redeviennent plus agréables et les précipitations se raréfient. Durant l’hiver, les températures peuvent chuter de 10 à 15 degrés avec un léger crachin. Les matins sont frais. Si vous choisissez de voyager dans le nord du Vietnam en hiver, mieux vaut prévoir une petite laine ainsi qu'un vêtement de pluie. Le printemps est la saison idéale pour visiter le nord du Vietnam. La température est douce, les pluies sont rares et les rizières se parent d’un dégradé de vert incomparable.
  • Le sud bénéficie d'un climat tropical typique avec deux saisons principales : la saison sèche d'octobre à mai et la saison humide de juin à octobre. Même pendant la saison des pluies, le soleil et la chaleur sont au rendez-vous. Les grosses pluies d’orage et de moussons viennent rafraîchir l'atmosphère, surtout le soir.
  • Le centre du pays connaît un panachage de ces deux climats principaux, avec une constante humide et chaude. Attention cependant en automne, le centre est susceptible de recevoir le passage de typhons nés dans le Pacifique.
DÉCALAGE HORAIRE : +5h00 de décalage en été, et +6h00 en hiver, par rapport à la France.

ASSURANCE  :

Tous les voyageurs ont l’obligation de souscrire à une police d’assurance pour leur voyage avant de participer à nos circuits. Afin de faire face aux frais d’hospitalisation et aux dépenses de santé parfois très élevées à l’étranger, il est vivement recommandé de disposer d’un contrat d’assistance ou d’une assurance permettant de couvrir tous les frais médicaux (chirurgie, hospitalisation …) et de rapatriement sanitaire, au risque de ne pas avoir accès aux soins, y compris en cas d’urgence vitale. Ces frais ne pourront en aucun cas être pris en charge par l’ambassade ou les consulats généraux de France sur place.
 

ARGENT :

Veillez à vous renseigner auprès de votre banque sur l’utilisation de votre carte bancaire et des frais prévus à son utilisation. Des options voyages existent, pensez donc à voyager sans frais supplémentaires.

 

ELECTRICITE :

Le courant électrique est de 220 volts et les prises sont identiques aux prises françaises d'avant la normalisation européenne (dans le Sud, l'on trouve dans les chambres à la fois des prises américaines et des prises européennes). Vous n’avez donc pas besoin d’adaptateur.
 
 
Sur place
20-02-2019 2 Des Vues
LA MONNAIE NATIONALE: le dong (VND).
  • Beaucoup de transactions courantes s’effectuent en espèces. Il est aisé de trouver des distributeurs automatiques bancaires dans les grandes villes (les distributeurs au Vietnam prennent des frais sur les retraits, en plus des frais de votre banque). Il convient de prendre ses précautions pour les séjours en milieu rural ou dans des villes de taille moins importante, en emportant assez de liquidités sur soi.
  • Il existe des billets de banque de 500 000, 200 000, 100 000, 50 000, 20 000, 10 000, 5 000, 2 000, 1 000 et 500 VND.
  • Le taux de change actuel est de 1 EUR = 26 800 VND (et 1 USD = 23 000 VND).
     
TÉLÉPHONE:
  • Pour appeler le Vietnam depuis la France il faut composer le 00 84 puis le numéro du correspondant.
  • Pour appeler la France depuis le Vietnam, il faut composer le 00 33 puis le numéro du correspondant sans le zéro initial.
BANQUES:

Vous trouverez de nombreux distributeurs automatiques dans les grandes villes, mais aussi dans les petites villes et sites fréquentés par les touristes.
 
 

INTERNET:
  • Vous trouverez une connexion Internet très facilement dans les aéroports, cafés, hôtels et restaurants.
  • En revanche dans les campagnes, la connexion est quant à elle plus restreinte, mais la quasi-totalité des hôtels possèdent leur propre connexion Internet, il est donc toujours possible de rester connecté pendant votre voyage.
  • Veillez à penser à désactiver vos « Données cellulaires à l’étranger » pour éviter la mauvaise surprise de la facture à votre retour en France.
  • Si vous souhaitez rester connecté, vous pouvez également acheter une carte sim locale prépayée et acheter un des forfaits que proposent de nombreux opérateurs (Viettel, Mobifone, Vinafone …), attention tout de même car vous ne pourrez plus recevoir vos messages et appels sur votre numéro habituel.
SECURITE / LOI:
  • La législation vietnamienne est particulièrement sévère face aux délits concernant le trafic de stupéfiants. En effet, le code pénal vietnamien dispose que toute personne trouvée en possession de plus de 100 grammes d’héroïne ou de cocaïne, ou bien de plus de 5 kg d’opium, ou encore de plus de 75 kg de cannabis, est passible d’une peine de prison à perpétuité ou de la peine de mort.
  • Afin d’éviter les vols à la tire lors de votre voyage, nous vous incitons à suivre quelques règles simples. En effet, si vous détenez des objets précieux ou un nombre important de liquidités, placez-les dans le coffre de l’hôtel, ils y seront en sécurité. Il n’est également pas recommandé d’emporter des objets de valeur à la plage ou, s’il n’y pas de choix, de rester proche de ses affaires afin de les surveiller.
L’EAU / LA NOURRITURE :
 
  • Faites très attention à l’eau que vous buvez. Ne jamais consommer d’eau du robinet, car elle n’est pas potable. Il faut toujours boire l’eau en bouteille, et vérifier que celle-ci est bien capsulée. Il est nécessaire d’être vigilant également avec les glaçons : consommez exclusivement les glaçons à forme cubique ou avec une forme de trou cylindrique au milieu.
  • Éviter la consommation de produits alimentaires (poisson, viande, volaille, lait) crus ou peu cuits ; peler les fruits ou légumes, ou alors bien les laver à l’eau saine.
 
QUELQUES MOTS DE VOCABULAIRE UTILES :
  • Bonjour/Bonsoir : xin chào  (à prononcer « sinne tchao »)
  • Au revoir : tạm biệt  (à prononcer « tamme biète »)
  • Pardon : xin lỗi  (à prononcer « sinne loy »)
  • Je ne comprends pas : tôi không hiểu  (à prononcer « toy rom yeou »)
  • Merci : cảm ơn  (à prononcer « cammonne »)
  • Oui/Non : có / không  (à prononcer « co/rom »)
  • C’est combien ? : giá bảo nhiều ?  (à prononcer « za bao nieou »)
  • Je voudrais acheter … ça, celui-ci : Tôi muốn mua cái này  (à prononcer « toy mouonne moua caille naille »)

 
Attractions
20-02-2019 2 Des Vues

 
Le Vietnam, c’est tant de merveilles et de mystères que dès le premier contact, un irrésistible désir de le découvrir plus profondément s’empare du voyageur occidental, avide de connaître ces terres lointaines. Charme et nostalgie, splendeur des paysages ; de Hanoi, sa capitale si attachante, à la mystérieuse baie d’Ha Long, du coeur historique du pays avec Hué et sa cité impériale, jusqu'au Sud profond et aux marchés flottants du delta du Mékong, vous irez de découvertes en découvertes et de coups de cœur en coups de cœur. Le Vietnam, n’est-ce pas cette Asie encore authentique dont on a tous rêvé ? Loin du stress de la vie “moderne”, laissez-vous prendre à son sortilège.
 

LES ATTRACTIONS
 
1- Hanoi
2- Le temple de la Lutheran d'Hanoi
3- La baie d'Ha Long
4- Hue
5- Hoi An
6- L'ancien royaume Champa et les tours Cham
7- Ho-Chi-Minh-Ville
HANOI
 
Hanoï, la ville "en deçà du fleuve" (Ha : fleuve - Noi : en deçà), ne reçoit ce nom qu'au cours du XIXème siècle. Auparavant, elle s'appelait Thang Long, "la cité du Dragon prenant son essor".
Les lacs qui couvrent une partie du territoire de la commune sont les vestiges de ce milieu amphibie qui devient la capitale du Vietnam en 1010, pendant le règne de Ly Thai Tô. Ly Thai Tô quit­ta son ancienne capitale de Hoa Lu, et c'est l'envoi d'un dragon doré en bordure du fleuve qui décida de l'em­placement de la nouvelle capitale. Protégée par des digues et drainée par des canaux, résidence du fils du ciel, dont le rôle est d'être l'intercesseur entre le monde matériel des humains et le monde divin, la ville est dessinée selon un plan précis : les quartiers sont répartis symboliquement entre les différentes composantes de la société, sur le modèle de la terre carrée qui prévalait alors. Le cœur de la ville était la "cité civile", où se répartissaient les mandarins, les soldats et le peuple autour de la "cité interdite", demeure royale et centre du monde. L'emplacement de cette cité est ensuite occupé par la citadelle à la Vauban édifiée par Gia Long, avant d'être détruite une première fois au XVIIIème siècle et d'être rasée en 1848 par le roi Tu Duc. Les derniers vestiges en disparaissent au début de la période coloniale, et c'est sur cet emplacement qu'est édifiée la gare.

 

La ville aujourd'hui, capitale du Nord-Vietnam en 1954, puis du pays réunifié depuis 1975, compte plus de 7,5 millions d'habitants. Elle garde un héritage millénaire qui côtoie les réalisations urbaines coloniales, modernes et traditionnelles dans un ensemble plein de charme. Le grand lac de l'ouest, Ho Tay, lieu d'innombrables légendes, est aujour­d'hui le rendez-vous des promeneurs et des amoureux, près de la pagode Tran Quoc, dédiée à la "défense du pays". Les quartiers ouest de la ville offrent à proximité du mausolée du président Hô Chi Minh, deux édifices fort intéressants. La pagode au Pilier Unique, Mot Cot, fondée en 1049, symbolise une fleur de lotus émergeant de l'univers liquide, est vouée à la déesse aux mille bras, Quan Am. Quant au temple de la Littérature, destiné à la formation des futurs mandarins, c'est en fait la première "université" vietnamienne, placée sous le patrona­ge de Confucius. Il accueillait de 150 à 300 étudiants. Il comporte cinq cours successives ; la première est ornée de stèles portant les noms des lauréats au concours du mandarinat de 1487 à 1787 ; la seconde est bor­dée du pavillon de la pléiade (XIXe siècle) ; et la dernière cour renferme le temple de Confucius.

 
 

Le centre de la ville actuelle s'organise autour du "lac de l'Epée restituée", Hoan Kiem, qui s'orne du stûpa de l'îlot de la tortue et du petit temple Ngoc Son, dédié au général Trân Hung Dao qui réussit à repousser les Mongols au XIIIème siècle, ainsi qu'aux génies de la guerre, de la littérature et de la médecine. Autour du lac s'étendent les quartiers coloniaux, comportant des édifices purement occidentaux tels que la cathédrale Saint-Joseph ou le théâtre de style purement parisien. Au nord, entre l'ancienne citadelle et les berges du fleuve Rouge, les quartiers commerçants et les marchés Se développement autour de l'axe formé par la "rue de la soie", Hang Dao, jusqu'au marché de Dông Xuan. Le fleuve Rouge est franchi par le pont routier de Chuong Duong et par le pont ferroviaire Long Bien, l'ancien pont Paul Doumer, qui a été l'objet de bombardements quotidiens durant la guerre du Vietnam.
 
LE TEMPLE DE LA LITTERATURE
Le temple de la Littérature, ou temple de Confucius, est un monument historique et culturel très important de Hanoi et du pays. C’est la première université vietnamienne. Le plan de ce temple est fortement inspiré par celui du temple de Confucius élevé à Kiu Feou Hien en Chine, la ville natale du Maître, mais ses dimensions sont beaucoup plus modestes, tout en occupant une surface de près de trois hectares, soit 350 m de long sur 70 de largeur. Il comprend cinq vastes cours, au fond desquelles se situe le temple dédié à Confucius. C’est un des rares vestiges de l’époque royale qui soit resté aujourd’hui en bon état.
 
 
La première université du Vietnam
 
Elle fut fondée en 1075 par le roi Ly Nhan Tong. Elle était à l’origine destinée aux princes couronnés, mais dès la deuxième année elle accueillait des fils de mandarins choisis par le roi. Plus tard, elle fut ouverte par le biais d’un examen d’entrée à un plus large éventail social. Ceci mettait en avant la possibilité théorique d’une ascension sociale fondée sur le mérite.
 
LA BAIE D’HA LONG
Chaque saison, la baie d’Ha Long a son charme. Par les matinées de printemps, le paysage disparaît sous les nappes de brumes argentées qui se dissipent peu à peu, dévoilant une multitude d’îlots resplendissants sous le soleil tropical. En été, la baie éclate d’une merveilleuse féerie au moment où le disque d’or brille de tous ses feux dans le firmament, le ciel et les eaux arborent un nouvel éclat avant de virer au violet à l’heure où les jonques rentrent de la pêche. Par les nuits automnales de lune, une croisière dans la baie vous fera découvrir un univers de rêve qui fait de cette immensité le paradis des amoureux du calme et de la pureté. Même en hiver, la végétation y conserve sa fraîcheur et sa verdure. 
 
 
Ha Long  signifie : « le dragon qui descend ». La baie doit cette appellation aux deux légendes suivantes:
- Un grand dragon quitta un jour son refuge dans les montagnes pour se précipiter dans la mer. En route, il se tortilla tellement qu’il fracassa les montagnes. Lorsqu’il plongea enfin dans la mer, le niveau des eaux monta brutalement et submergea les terres, ne laissant plus apparaître que les sommets des montagnes.
 
- Autrefois, les habitants de la région auraient aperçu de temps en temps un majestueux dragon descendre des nuages pour venir prendre ses ébats avec ses petits sur les flots de la baie. Lorsque les gens souffraient de la sécheresse, l’animal arrosait les terres gercées. En temps d’orage, il protégeait de son corps les bateaux de pêche en pleine mer et les ramenait au port. Mais un jour, mère-dragon et ses petits disparurent dans les cieux, et des gens très mauvais vinrent semer la destruction et la mort dans la région. Les habitants implorèrent le secours de leur bienfaiteur qui descendit aussitôt des nuages en crachant des flammes sur les méchants. L’endroit d’amerrissage de mère-dragon prit le nom de « baie d’Ha Long », et les langues de feu qui tombèrent dans la mer se transformèrent en une multitude d’îles rocheuses.

 
 
 
HUE
 
Hué est l'héritière d'une longue histoire qui remonte à l'époque où elle était le siège d'une administration impériale chinoise sous la dynastie des Hans, au IIème siècle avant notre ère. Devenue une petite principauté indépendante, puis temporairement capitale du royaume du Champa, elle n'est rattachée au royaume du Daï Viet qu'en 1036. Elle subit les avatars des luttes dynastiques entre Lê, Trinh, Nguyen et Mac avant d'être choisie comme capitale par le futur empereur Gia Long en 1801. Comme la plupart des villes indochinoises, la ville de Hué est organisée selon un schéma hautement symbo­lique. En bordure de la rivière des Parfums, la Song Huong, la ville est entourée de cinq collines symbolisant les cinq éléments (bois, feu, air, métal, eau). La colline située au sud, "l'Ecran Royal", joue un rôle spéci­fique de protection contre les influences magiques néfastes attribuées à cette direction.
 

La Cité :
Le cœur de la cité est naturellement la vaste citadelle réservée à l'empereur et à l'administration impériale. Bâtie par l'effort quotidien de 80 000 travailleurs, enclose de fortifications à la Vauban, parfaite­ment orientée selon les points cardinaux conformément au modèle chinois, et s'ouvrant par dix portes, elle est formée de trois éléments concentriques : la citadelle, la cité impériale (Kinh Thanh) et la cité pourpre (Tu Cam Thanh), domaines respectifs de la hiérarchie mandarinale, de la famille impériale et de l'empereur. Chacune de ces parties est elle-même marquée par l'opposition entre les éléments masculins à l'est et le domaine féminin à l'ouest. Les quartiers d'habitation se sont ensuite développés de part et  d'autre de la forteresse et sur la rive sud de la rivière, en particulier lors de la période coloniale, réussissant ici à dégager une rare harmonie. Restée endormie durant plus d'un siècle à l'ombre de son université, la plus réputée du Vietnam, la ville reprend depuis quelque temps une vie animée. Après avoir pansé les blessures infligées par la guerre, elle connaît une grande expansion, surtout sur la rive gauche de la rivière des Parfums. Hué, qui compte actuelle­ment près de 350 000 habitants, a cependant su garder ses traditions et sa douceur de vivre.
 
 
 
Les tombeaux impériaux des Nguyen :
La tradition vietnamienne est fortement attachée au culte des ancêtres et, naturellement, les empereurs ont porté à son plus haut point cette conception de l'honneur rendu aux défunts. Les tombeaux s'échelonnent le long de la rivière des Parfums, de l'amont vers l'aval dans l'ordre des successions dynastiques. Chacun d'entre eux recompose les fonctions, sinon l'agencement du palais. La demeure des morts doit être à l'image de celle des vivants. Elle comprend une représentation de la cour royale et des dignitaires de l'armée, la demeu­re du défunt, les bâtiments annexes, le tout menant au tertre ou repose l'empereur. Les styles varient dans le temps, passant du style vietnamien sobre et dépouillé (tombe de Gia Long) aux libres variations sur le thème des tombeaux chinois de type Ming (tombe de Minh Mang), puis vers une esthétique pleine de raffinement (tombe de Tu Duc), avant de tenter une difficile synthèse baroquisante entre la tradition et le modernisme (tombe de Khaï Dinh).
 
HOI AN
L’ancienne ville de Hoi An :
L’ancienne Fai Fo est située à 30 km  au sud de Da Nang, et devint un grand port grace notamment à sa localisation à l’entrée de la province Quang Nam, un territoire assez prospère du Sud. À l’époque, la plupart des échanges commerciaux du seigneur Nguyen avec des pays étrangers avaient lieu à Hoi An. D’ailleurs, tous les bateaux venant de la Chine, du Japon, de la Thailande, du Cambodge, des Philippines et de l’Indonésie, ainsi que des pays européens, lors de leur trajets vers l’Extrême – Orient pour des affaires commerciales, faisaient tous escale à Hoi An. L’animation causée par ses relations commerciales a transformé la petite ville en un centre d’échanges culturels, un port commercial. Grâce à ces relations commerciales, le port de Hoi An a connu la prospérité pendant les 17ème et 18ème siècles. C’est là que se réunissaient les habiles artisans du Sud, qui ont appris des Occidentaux les techniques de construction des bateaux, de moulage des armes à feu, de fonte des métaux et de fabrication des montres ou d’autres produits. La prospérité de Hoi  An avait une bonne influence sur l’élevage des vers à soie et le tissage. On a planté des mûriers le long de la rivière ainsi qu’aux alentours de Hoi An.

Lorsque de grands navires se mirent à s’y amarrer, l’estuaire du fleuve Thu Bon s’ensabla et le commerce dû se déplacer vers la baie de Danang. On pourrait le regretter, mais cela a permis à Hoi An de rester à l’écart des dégats du développement industriel et ainsi de conserver son architecture et son charme. Aujourd’hui, Hoi An est la seule ville ancienne où l’on peut trouver en état primitif tout en ensemble de vestiges riches et variés dont les rues, les embarcadères et les constructions civiles et religieuses. On voit à Hoi An des rues tout étroites, des toits de différents niveaux, des tuiles doubles couvertes de mousses ... Le style d’architecture ressemble un peu  à celui de Hanoi et de Hue, on y voit aussi l’influence de la Chine et du Japon. Les maisons sont très profondes, leurs derrières communiquent avec une autre rue ou donnent sur la rivière. Les intérieurs sont entièrement faits en bois précieux sur lesquels ont été sculpté des fruits, des fleurs ou des animaux très vivants.

Le pont japonais :
C’est au pont – pagode que l’on peut voir l’harmonie de la combinaison architecturale. C’est une double construction de pont et de maison de style japonais. Ce pont en bois de 18 m de long sur 3m de large reste solide à travers des siècles. Il est laqué de rouge et minutieusement sculpté. Au milieu du pont au côté nord, se trouve la statue du génie Bac De à califourchon sur un cheval. Aux deux bouts du pont sont ainsi deux singes et deux chiens de bois peints en gris. Une légende japonaise raconte que tout le monde est placé sur le dos d’un monstre aquatique appelé Ivamazu, sa tête est en Inde tandis que sa queue est au Japon. C’est pourquoi, pour éviter ce fléau, les Japonais ont fait construire ce pont – pagode, dédié au génie Bat Dê qui exorcice le monstre avec son épée.
 


L’ANCIEN ROYAUME CHAMPA ET LES TOURS CHAM

 
Le Champa est le nom donné autrefois localement à un arbre à la fleur généralement blanche et très odorante, le Michelia Champaca. Le royaume du Champa s’étendait sur plusieurs centaines de km du nord au sud (de Da Nang- Quy Nhon- Nha Trang- à Phan Rang). Son territoire était étroit et possédait des terres moins riches que le Tonkin. Cependant il possédait des richesses minières, avec tout particulièrement de l’or. Ils pratiquaient  l’agriculture et la navigation maritime. Ils étaient aussi d’excellents commerçants. Ils exploitaient des produits de grande valeur : bois de santal, cannelle, poivres, défenses d’éléphant, cornes de rhinocéros et bois précieux qu’ils vendaient aux Indiens, Arabes, Chinois, Japonais.  Le bois de santal des Cham était connu dans plusieurs pays de la région et recherché par les rois et les seigneurs de l’Asie centrale et orientale. Des céramiques émaillées étaient aussi très connues chez les Chams. Au 6ème siècle, la capitale Cham était installée à Simhapura, sur l’emplacement de l’actuelle Tra Kieu. Une vingtaine de kilomètres plus au sud-ouest, était installée la capitale sainte de My Son. Au 8ème, 9ème siècle la capitale était déplacée plus au sud, à Po Nagar (Nha Trang). Le champa adopta le bouddhisme au 7ème siècle, sans toutefois rejeter ses anciennes croyances. L’architecture Cham est une architecture religieuse. Elle comprend des tours de briques qui dataient du 7ème siècle au 17ème siècle. Avant le 7ème siècle, les tours étaient en bois, elles ont été incendiées au cours des guerres. Bien qu’ils ne soient pas de monuments grandioses comme Angkor au Cambodge, Bagan en Birmanie, ou Borobudur en Indonésie, les temples et les tours Cham sont d’une grande beauté, pleins de grâce et de poésie malgré leurs modestes dimensions. Ils ont une apparence monumentale et solennelle grâce à une décoration composée de riches sculptures en grès et des motifs ornementaux finement gravée dans des briques. L’architecture Cham est d’inspiration indienne. Les ouvrages forment des ensembles comprenant un temple principal (Kalan) entouré de tours et de dépendances. Dans le Kalan, le culte d’une divinité se fait à l’intérieur du sanctuaire, petite pièce carrée à toiture en forme de pyramide. Le Kalan est le symbole en miniature de l’univers sacré. Le corps de la tour est assimilé à un autel dont la toiture représente le mont Méru, royaume de Shiva, lieu de séjour des divinités. D’ordinaire, les Kalan s’ouvrent à l’est, direction du soleil levant où commence le mouvement du temps cosmique.
 
 
Les briques Cham étaient chauffées à petit feu, d’où leur faible résistance. Il n’y a aucune trace de mortier et pourtant les tours Cham résistent depuis des millénaires aux attaques des intempéries, ce qui prouve que la technique de fabrication et d’utilisation des briques avait atteint chez les Cham un très haut niveau. Ces tours ont certes subi l’action érosive de la pluie, du soleil et du vent, mais les briques sont restées soudées les unes aux autres. Les recherches sont en cours pour en percer le secret (ils auraient employé de la résine de Dau Rai en ébullition, mélangée à de la chaux provenant de la cuisson des coquillages et à la poudre de brique ; aujourd’hui, les habitants du Centre du Vietnam utilisent encore cette résine pour calfater leurs embarcations. Le mélange est très adhésif et très résistant). Ce n’est qu’après la construction de la tour qu’on en décorait les murs de motifs ornementaux, de figures humaines et animales suivant une technique extrêmement délicate
 
HO-CHI-MINH-VILLE
 
Implantée sur la rivière Saigon, la ville est située à plus de quatre-vingts kilomètres de la mer, sur les dernières terres fermes du delta du Mékong, et compte actuellement plus de huit millions d'habitants. Cité khmère de Prey Nokor, elle se développe surtout à la faveur de la croissance des échanges entre les voies flu­viales provenant du Cambodge et les voies maritime dirigées essentiellement vers la Chine. Le site primitif de la ville est sur une petite éminence, émergeant des eaux, située à l'emplacement actuel de la cathédrale. 
 

Au début du XVIIIème siècle, la ville est rattachée à l'Empire des Nguyen et connaît alors un développement spectaculaire, prenant le nom de Saigon, dont l'étymologie demeure incertaine. En 1791, Gia Long y fait édifier par un architecte français une citadelle destinée à protéger les activités crois­santes de la colonie chinoise prospère qui s'est établie le long de la rivière, dans le quartier connu maintenant sous le nom de Cholon. Saigon est ensuite prise en 1859 par une expédition navale française. Désirant faire de la ville un exemple de l'urba­nisme occidental, et rivaliser avec Batavia ou Singapour, les Français réorganisent le schéma urbain, comblant des canaux, traçant des rues selon un plan géométrique, assainissant les zones marécageuses, et en réalisant de grandes plantations d'arbres. Les grands axes sont les boulevards tracés perpendiculairement à la rivière, en particulier la rue Catinat (rue Dông Khoï actuellement) et la rue Nationale (rue Haï Ba Trung). Des tramways à vapeur parcourent les grandes artères de la ville. Ce district reste aujourd'hui le cœur de la ville, autour de la cathédrale, du théâtre et de la poste.

La ville connaît une croissance rapide, marquée par l'empreinte de  l'architecture coloniale dans le cadre d'un schéma de développement harmonieux. Après 1954 apparaissent de nouveaux quartiers résidentiels et des grands édifices, tel l'actuel palais de la Réunification ou l'ambassade des Etats-Unis, lieu historique de la chute de Saigon, d’où sont évacués par héli­coptère des milliers de Vietnamiens vers les navires de la 7" flotte.

 
Le quartier chinois de Cholon, dont le nom signifie "grand marché", est situé à l'ouest du centre de la ville. Articulé autour de la grande avenue Trân Hung Dao, parallèle au canal Rach Bên Nghe, et du marché de Binh Tây, il s'individualise fortement sur le plan architectural, caractérisé par la prolifération des construc­tions anarchiques. Il est peuplé de plus de cinq cent mille Vietnamiens d'origine chinoise, les Hoa, qui se regroupent par dialecte et sont répartis traditionnellement en cinq corporations correspondant à leur secteur d'activités commerciales. L'afflux des réfugiés durant les périodes de guerre provoque une nouvelle croissance sur la périphérie, y compris sur la rive est de la rivière Saigon, desservie par la noria incessante des bacs, négligeant toute règle d'urbanisme.
Télécharger la brochure complète
20-02-2019 2 Des Vues
(Taille du fichier: 8850 Kb)
MANDARIN ROAD VOYAGES
NEWSLETTER
Soyez informé en avant-première de toutes nos offres de voyages
© MANDARINROAD.COM