Thailande
Thailande
Attractions
02-08-2022 9.316 Vues
Une grande traversée du sud au nord de la Thaïlande vous fera découvrir en chemin de nombreux temples aux admirables décors des deux anciennes capitales, Ayutthaya et Sukhothai, ainsi que Lampang et ses maisons de teck, les villages ethniques, les marchés flottants et ruraux ... Dans la région de Chiang Mai, la “Rose du Nord”, vous succomberez à la beauté des paysages, à la richesse de la flore et à la douceur du climat.  La Thaïlande saura rendre votre voyage inoubliable avec l’accueil chaleureux du peuple Thaïlandais et les nombreux trésors que le pays a à offrir !

LES ATTRACTIONS

Bangkok « la cité des anges »

Chiang Mai « la rose du nord »

Chiang Rai

Chiang Saen « le triangle d’or »

Koh Samui

Phuket – Koh Phi Phi

BANGKOK “LA CITE DES ANGES”

Après Sukothai, Ayutthaya, et pour une courte durée Thon Buri, pour finalement Bangkok, qui est devenue la capitale de la Thaïlande en 1872, sous le règne du roi Rama I. Bangkok, le nom de la  apitale de la Thaïlande tel que les étrangers le connaissent, se compose de 2 mots thaïlandais: "bang", signifiant village sur la rivière, et "kok", fruit local ; par conséquent Bangkok signifie le "village du fruit".

En général, les Thaïlandais utilisent le terme Krungtep pour parler de leur métropole, ce qui signifie la cité des anges (tout comme Los Angeles). Aucune autre ville du Sud-Est de l'Asie ne peut se comparer à Bangkok. C'est un intérêt croissant et possessif que ressentent les visiteurs pour cette ville qui leur laissera des souvenirs forts et indélébiles. Il est difficile d'expliquer précisément avec des mots l'intangible fascination que peut exercer Bangkok. Riche de temples imposants, de palaces somptueux ainsi que d'autres bâtiments et monuments caractéristiques, Bangkok offre des perspectives de visites fascinantes.

Les visites :

Le Grand Palais et le Temple du Bouddha d’Emeraude : aux portes du centre-ville, le Grand Palais est un ensemble de plusieurs bâtiments avec des caractéristiques architecturales bien précises. Il fut construit en 1782 quand le roi Rama I accéda au trône et que Bangkok devint la capitale de la Thaïlande. Le plan architectural est presque identique à celui du palais royal de l'ancienne capitale Ayutthaya. La chapelle royale (ou Wat Phra Kaeo) abrite des trésors de l'art thaïlandais dont le Bouddha d'Émeraude, l'image de Bouddha la plus vénérée en Thaïlande. Les trois principaux bâtiments à l'intérieur du temple, qui forment un ensemble étincelant sont le stûpa d'or, les reliques de Bouddha, Phra Mondop ou la bibliothèque, abritant Tripitaka ou les Saintes Écritures bouddhiste. Le Panthéon royal est un pavillon qui est utilisé pour garder les statues des rois décédés de la dynastie Chakri. Enfin, les 178 peintures murales qui décrivent l'histoire de Ramayana sont la pièce-maîtresse des artisans de Rattanakosin.

Wat Pho (Temple du Bouddha allongé) : mesurant environ 8 hectares, c’est l’un des plus grands temples de la capitale, mais aussi l’un des plus anciens et des plus importants. Il abrite la celebre statue du Bouddha couché, longue de 43m et haute de 15m. Vous pourrez aussi observer les techniques de massage thai traditionnel, puisque le temple abrite une ecole de massage ainsi qu’une école de medecine traditionnelle.

Wat Arun (Temple de l’aurore) : situé sur la rive droite du fleuve Chao Phraya, le temple doit son nom au dieu Hindou Aruna, qui est le symbole de l’aurore. Monument très important de la ville de Bangkok, sa construction remonte à l’époque de l’ancien royaume d’Ayutthaya. Le temple abrita le bouddha d’émeraude repris de Vientiane entre 1778 et 1784.

Les khlongs (canaux) : un tour en bateau sur les canaux de Bangkok vous permettra d'admirer les nombreuses habitations de différents styles, construites dans cette partie de Bangkok (Damnoen Saduak & Jardin des Roses). Départ de l'embarcadère de Damnoen Saduak, on passe devant les vignobles de Bangkok, des plantations agricoles variées. Vous pouvez admirer des maisons thaïes traditionnelles au bord de l'eau. Durant son règne, le roi Rama V avait l'habitude de rendre visite au peuple et de dîner avec eux au bord de la rivière. Votre promenade vous fera le plus souvent désembarquer au marché central de Damnoen Saduak.

La maison de Jim Thompson : Jim Thompson était un Américain qui réintroduisit l'industrie de la soie en Thaïlande et construisit sa superbe maison au bord du canal dans le pur style thaïlandais en y rassemblant de nombreuses et rares pièces antiques du pays. Il disparut mystérieusement en Malaisie il y a environ 30 ans. 

Vimanmek Palace :  construit par Rama V, c’est le plus grand bâtiment de teck blanc du monde.

Pont de la Riviere Kwai : connu dans le monde entier grâce à de nombreux films et livres, le pont de fer noir fut transporté de Java par l'armée japonaise et ré-assemblé sous la supervision japonaise par des prisonniers de guerre pour compléter "la ligne de chemin de fer de la mort" reliant la Thaïlande et le Myanmar. Encore en service de nos jours, le pont fut la cible de fréquents bombardements alliés en 1945, et dut être reconstruit après la fin de la guerre.

Le musée de la guerre JEATH, au bord de la rivière, a été construit comme les anciens camps des prisonniers alliés durant la seconde guerre mondiale. Le nom JEATH dérive de Japon, Angleterre (England), Amerique, Australie, Thaïlande et Hollande). Les huttes de détention couvertes de chaume avec des couchettes surélevées et étroites en bambou contiennent des objets commémoratifs tels que des photos et des dessins rappelant les conditions de vie des prisonniers. Le cimetière de guerre abrite le corps de 6 982 prisonniers qui périrent durant la construction de la "ligne de chemin de fer de la mort".

La ferme aux crocodiles : vous permettra de voir des milliers de ces animaux, mais aussi un spectacle très impressionnant. Il est possible de se faire prendre en photo avec un crocodile ou un tigre.

CHIANG MAI, « LA ROSE DU NORD »

Chiang Mai, 2ème ville de Thaïlande et capitale du Nord, fut fondée en 1292 sur la rivière Ping par le roi Men Rai comme nouvelle capitale de Lanna Thai.

Affaiblie par des conflits internes pour le trône et par l'oppression des autres royaumes, la ville tomba aux mains des troupes Birmanes du roi Bayinnaung en 1558. Pendant plus de 2 siècles (1558-1774), Chiang Mai fût sous contrôle birman. Les richesses de la ville déclinèrent, car les Birmans l'exploitaient à des fins militaires pour leurs guerres avec Ayutthaya. Finalement, les forces Thaïes du Nord, alliées avec le roi de Thonburi, Taksin, chassèrent les Birmans en 1775. Mais la cité était si faible qu'elle fut totalement abandonnée.

Alliée aux Thaïs du Siam, Chiang Mai reprit des forces. Cependant, au 19ème siècle, l'intérêt croissant des Occidentaux pour les forêts de teck du nord força le Roi Chulalongkorn (Rama V) du Siam à en prendre l'administration en 1892.

Chiang Mai est une ville construite sur les racines d'un héritage traditionnel, profondément ancrée dans le temps. La cité a une grande personnalité culturelle propre. De plus, elle a la chance de posséder un cadre naturel majestueux et de grande beauté. La population elle-même est une partie inoubliable de Chiang Mai. Artisanats de soie, argent et bois sont des souvenirs intemporels pour des visiteurs du monde entier.

Les visites :

Wat Phrathat Doi Suthep : selon la légende, le site de temple fut choisi par un éléphant portant une relique sainte. Initialement la relique devait être enchâssée au Wat Suan Dok en 1371, mais elle se cassa en deux. Le deuxième morceau fut placé sur le dos d'un éléphant qui se mit à monter le Doi Suthep, s'arrêtant deux fois. Après trois jours l'éléphant atteignit finalement un terrain nivelé, en fit trois fois le tour, s'agenouilla et mourut. Un trou fut creusé sur le site pour la relique, qui fut ensuite couverte d'un chedi (une forme de stûpa) de plus de sept mètres de haut. Jusqu'à ce que la route ait été construite en 1935, les pèlerins devaient gravir à pied la montagne puis les plus de 200 marches du long escalier bordé de nagas pour atteindre le temple.

Excursions à Mae Hong Son :  Mae Hong Son, « la Cité des 3 brumes », est mondialement connue pour servir de refuge aux Pa Dong, tribu des femmes girafe. Mais c'est aussi une très belle région montagneuse avec un parc national et de nombreuses grottes et cascades. Un séjour idéal pour les amateurs de la nature !

Wat Pha Lat (Temple du Rocher) : situé sur le Doi Suthep , ce temple sert souvent d’étape aux pélerins venus se recueillir au Wat Phrathat Doi Suthep. C’est un lieu enchanteur, ornant une végétation luxuriante, que les locaux appellent communément « le Temple de la Jungle ».

Wat Chedi Luang : la construction de ce temple a commencé au 14ème siècle pour se terminer seulement au 15ème siècle. Il est également connu pour avoir temporairement abrité le Bouddha d’Emeraude, de 1545 à 1551, avant son transfert à Luang Prabang. Vous aurez peut-être l’occasion d’assister à une de séances de discussion quotidiennes avec les moines du temple, ce qui vous permettra d’en apprendre plus sur le bouddhisme et la culture du pays.

Wat Chiang Man : c’est le temple le plus ancien de Chiang Mai. Le Roi Mengrai y a vécu au moment de la construction de la ville. Ce temple abrite deux statues de Bouddha très importantes et vénérées, le Phra Sila (une statue Bouddha de marbre) et le Phra Satang Man (une statue de Bouddha de cristal).

CHIANG RAI

Chiang Rai fut fondée en 1262 par le roi Meng Rai, et fut la première capitale de Lanna Thai (Royaume d'un Million de Rizières). La province, qui comprend le point le plus au nord de la Thaïlande à Mae Sai, est bien connue pour son panorama montagneux et ses tribus, et se trouve dans la région connue sous le nom de « Triangle d'Or », où convergent les frontières de la Thaïlande, du Laos et du Myanmar (ex-Birmanie).

Les visites :

Trekking & rafting : aller en trekking avec un guide est la meilleure façon de voir les tribus et les jolis paysages. Les guides expérimentés vous emmèneront, par le labyrinthe des pistes dans les collines, aux villages où vous pourrez en apprendre plus sur les modes de vies traditionnels. Les guides pourront également vous aider à comprendre le monde spirituel des tribus et les rituels associés. Nuits dans les villages pour une immersion complète et des moments de partage avec les familles hôtes !

Wat Rong Khun (le Temple Blanc) : devenu un incontournable du pays et de la ville de Chiang Rai, le Temple Blanc est une merveille architecturale tout à fait unique. Créé par l’artiste Thaïlandais Chalermchai Kositpipat pour rendre hommage au Roi Rama IX et à sa ville natale, c’est un projet titanesque dont la fin est estimée à … 2070 ! Tout le temple est d’un blanc immaculé, dont la clarté est relevée par des petits miroirs incrustés dans les murs. Les détails des sculptures sont poussés à la perfection et vous retrouverez même des représentations modernes, comme Mickael Jackson, Harry Potter, Terminator, Superman ou même Hello Kitty. L’ensemble, composé notamment du célèbre pont de la renaissance, incite son visiteur à se rapprocher du chemin du bonheur pour ne pas succomber aux vices et artifices de nos vies terrestres.

Wat Rong Suea Ten (le Temple bleu) : temple encore peu connu car pas encore terminé ; sa construction a commencé en 2005 pour remplacer un ancien temple en ruines depuis plusieurs années. Son nom « Suea Ten » qui veut dire « le tigre qui danse », rend hommage à la légende du village du même nom dans lequel le temple est situé. Sa magnifique couleur bleue en fait un endroit magnifique, avec également des ornements sublimes et une impressionnante statue de Bouddha debout immaculée.

CHIANG SAEN « LE TRIANGLE D’OR »

Le Nord de la Thaïlande est renommé pour ses magnifiques paysages de montagne. Cependant, il est probable que vous soyez peu nombreux à avoir entendu parler de Chiang Saen, une petite ville se situant juste au nord-est de Chiang Rai et une des plus anciennes villes de Thaïlande, qui s’étend rêveusement sur la rive de la puissante rivière Mae Khong. Qui pourrait imaginer son passé glorieux et puissant ? Pourtant, croyez-le ou non, cette ville calme de province, porte du "Triangle d'Or", était autrefois le centre du pouvoir du Royaume de Lanna.

Fondée par le petit-fils du Roi Mengrai en 1327, sur le site originel d’une ville plus ancienne, Chiang Saen fut envahie par les Birmans en 1558. Ils gardèrent le contrôle de la ville et d’une grande partie de la région jusqu’en 1804, quand le Roi Rama I du Siam la reprit et la brûla entièrement. La phrase familière qui suivit “nous devions la détruire pour la sauver” pourrait bien être les paroles du roi victorieux lui-même. Pendant près de 70 ans, la ville fut abandonnée, à l'exception de quelques familles, jusqu’au jour ou Chao Inta, un des fils du Prince de Lumpoon, reconduisit les descendants de l’ancienne population de Chiang Saen et fit reconstruire la ville.

Les visites :

Le Musée National : le musée de la ville abrite une belle collection des découvertes archéologiques réalisées dans les environs. Vous pourrez admirer des exemples de l’histoire de l’art de la ville, ainsi que de superbes statues de Bouddha datant des 14 et 15emes siècles, inspirés de l’art indien de Pala et enfin des masques de stuc découverts sur le site du Wat Pa Sak.

Wat Pa Sak (Temple de la Foret en tek) : le nom du temple provient des 300 teks plantés autour de l’édifice. Celui-ci est un bel exemple de l’art du Royaume de Lanna, malgré les plusieurs rénovations qu’il a subies, ce qui rend l’estimation de la date de sa construction difficile.

Wat Chedi Luang : célèbre pour son chedi octogonal (le haut est en forme de stupa), mesurant 58m de haut, il a été construit en 1331, puis rénové et agrandi en 1515. Vous le trouverez juste à cote du musée de la ville.

Wat Phra Thart Kitti : situé sur une petite colline juste en dehors de la partie nord-ouest des murs de la ville : 383 marches mènent à ce temple intéressant dont le point de vue sur la rivière Mae Khong jusqu’au Laos est exceptionnel. 

Le fleuve Mae Khong : c’est l’une des principales attractions de la ville ; de temps à autre, de longues barques laotiennes peintes en bleu se laissent admirer en glissant le long du fleuve apparemment tranquille. En réalité, les eaux sont loin d’y être tranquilles, et y nager n’est pas recommandé.

Wat Phrathat Phu Kao : duquel la vue sur le Triangle d’Or est à couper le souffle.

KOH SAMUI

Les premiers habitants de Koh Samui s’y sont installés il y a environ 1 500 ans. C'était principalement des pêcheurs à la recherche d'abris contre le vent dans les eaux calmes et protégés de la baie de Bophut, dans le nord de l'île. Ils ont rapidement réalisé que la mer autour de l'île était très riche en seiches et autres fruits de mer. De plus, la terre était très fertile. Par conséquent, des petits villages se sont rapidement développés et c'est ainsi que la population de Samui a commencé à croître.

Koh Samui, 280 km2, est la plus grande île du golfe du Siam. Elle fait partie d'un archipel de 80 petites îles, dont 6 seulement sont habitées. C'est une île de cocotiers, de collines boisées et de montagnes calcaires. Son point culminant se situe à 636 mètres d'altitude. Ses  plages superbes, sa jungle, ses collines et cascades offrent des paysages variés, rarement égalés sur d'autres îles.

L'économie de l'île dépend principalement, en dehors de la pêche, de la culture des noix de coco, cueillies par des singes dressés. Samui exporte plus de 2 millions de noix de coco par mois !  L'histoire de Samui a commencé à changer au début des années 80, quand l'île a été découverte par les voyageurs indépendants. Ceci a apporté la construction de petits bungalows rustiques avec des toits en feuilles de palmiers. Mais le secret ne pouvait pas être gardé très longtemps, et l'île est rapidement devenue une destination de vacances de renommée internationale. Cependant, malgré le fort développement touristique, les habitants sont déterminés à préserver le charme naturel et exceptionnel de l'île.

Les plus belles plages de l'île se situent sur les côtes Nord et Est, les plus populaires entre Chaweng et Lamai, où se trouvent également les plus grands complexes hôteliers. En plus de ces plages, l'île compte d'autres centres d'intérêts tels que les cascades de Hin Lat et Na Muang, les pierres "Hin Ta at Hin Yai" à la pointe Sud de la baie de Lamai, et le grand "Big Buddha" au Nord de Bophut.  A Samui, le climat est tropical avec des températures moyennes variant entre 25°C et 34°C. C'est en novembre qu'il pleut le plus.

PHUKET

Phuket est la plus grande île de Thaïlande (environ la taille de Singapour), et se niche dans l'océan Indien à quelques 890 km au Sud de Bangkok. Elle est connue comme « la perle d'Andaman », ce qui est principalement dû à sa gloire passée et à son importante prospérité économique, résultant de la production d'étain qui remonte à plus de 500 ans. 

Aujourd'hui, Phuket est la principale attraction touristique de Thaïlande. Les eaux environnantes abritent une faune et une flore sous-marine variée, et la ville est intéressante de par son architecture sino-portugaise. C'est une île très attirante avec des rivages adorables et des flancs de coteau boisés. Avec ses 1.6 millions d'habitants, la province de Phuket se place au sixième rang en termes de population. Approximativement 1.75 millions de Rai de la région sont recouverts de forêts, la principale occupation restant la culture du riz. Phuket est une île montagneuse à 70 % ; une chaîne de montagnes s'étend du Nord au Sud, de laquelle dérivent quelques ramifications moins imposantes. Le point culminant est Mai Tha Sip Song, ou "Les Douze Cannes", qui se situe à 529 mètres d'altitude dans les limites de la région de Tambon Patong, Kathu. Les 30 % restants de l'île, principalement dans le centre et le sud, se composent de basses plaines.

Le climat de Phuket est typique de la région environnante où elle se situe, avec de fortes influences des vents de mousson : chaud, humide, mais plaisant toute l'année. Il n'y a que 2 saisons : la saison des pluies, de mai à novembre, avec des vents du sud-ouest, et la saison sèche de décembre à avril, avec des vents en provenance du nord-est. C'est en mars qu'il fait le plus chaud avec des températures moyennes de 33.4°C, et en janvier qu'il fait le plus frais, lorsque le thermomètre peut chuter à 22°C en début de matinée. 

L'île de Phuket possède un long passé historique, et des ruines datant de 1025 après J.C. indiquent que l'actuel nom de Phuket dériverait du Tamil manikram, ou « la montagne de cristal ». Cependant Phuket a longtemps été connue comme Junk Ceylon, qui à quelques variations près est le nom indiqué sur les anciennes cartes.

L'île de Phuket est le refuge de l'ancien peuple des gitans de la mer. Ils vivent - comme depuis des centaines d'années - à Koh Sireh, une petite île séparée de l'île principale par un étroit cours d'eau, ainsi qu'à Rawaii, une plage à l'extrême sud de Phuket. Quelques centaines d'entre eux, officiellement appelés "Thai-mai", y ont leurs maisons et patrimoine. Les gitans de la mer vivent traditionnellement de la pêche, et plus récemment du tourisme. Les touristes, désirant découvrir le caractère authentique de Phuket, aiment visiter leurs villages. Ce sont des nomades qui n'ont ni lieu d'habitation permanent, ni instrument d'écriture. Une théorie est que les gitans de la mer descendent des colonies malaises qui fuirent l'invasion musulmane des Birmans. Une autre veut qu'ils soient les descendants de la pure race indienne, les Vedas.

KOH PHI PHI

Les îles Phi Phi sont situées à 34 km au sud-est de Phuket. Perchées à la limite sud de la chaîne de Phang-nga, elles font partie du parc national maritime de Ko Phi Phi Leh. Ce sont deux îles de toute beauté, portant deux immenses montagnes de calcaire vert émeraude. Les deux énormes montagnes qui dominent les îles- l'une d'elle culminant à 498 m - sont reliées par une bande de sable pour créer ce qui, vu d'avion, ressemble à un haltère géant. La plage de sable séparant les îles est si étroite qu'il est possible de se renvoyer un ballon de football d'un rivage à l'autre.

La plus grande des deux îles, Phi Phi Don, a une circonférence de 20 km. Neuf criques chatoyantes et leur plage de sable fin, avoisinant de somptueuses barrières de corail et des eaux bleues turquoise, donnent à l'île sa réputation de sublime beauté. Sa population réduite habite dans un petit nombre de villages de pêche en train de disparaître rapidement, en raison du développement touristique et de la construction de resorts.

Phi Phi Le se compose presque exclusivement de falaises à pic, avec quelques grottes et un lac de mer formé par une enclave entre deux falaises qui permettent à l'eau de rentrer par un canyon en forme de cuvette. L'île n'est pas habitée, mais possède plusieurs jolies plages. Cependant, ce qui la rend populaire ce sont principalement ses grottes où les oiseaux migrateurs (comme les hirondelles) aiment à se nicher. En effet, les oiseaux apprécient les grottes de calcaire et les falaises élevées comme abri. Entre janvier et avril chaque année, des milliers d'oiseaux font halte à Phi Phi Le et passent environ deux semaine dans les grottes où ils construisent des nids dont le ciment est leur salive.

MANDARIN ROAD VOYAGES
NEWSLETTER
Soyez informé en avant-première de toutes nos offres de voyages
© MANDARINROAD.COM